Internet des Hybrides

Au delà de l’open data et de l’internet des objets : le plissement numérique du monde en devenir.

Le tissage continu qui ne cesse de croître  entre les liens, les données,  se complique du tissage numérique des êtres et des choses, des êtres et des objets.

L’explosion prévisible de l’internet des “objets”(1) nous conduit vers un nouveau dialogue entre les populations d’éléments  humains et non-humains – pour le dire rapidement – et vers des populations d’actants de plus en plus hybrides. (2)
Cette évolution est liée entre autre, aux nouvelles écologies urbaines (des “smart cities” aux villes sécuritaires) en train d’émerger. Elle  pose de nombreux problèmes et font varier plus rapidement que prévu les socles anthropotechniques et politiques de nos sociétés, organisations et collectifs de pensée, ainsi que les processus de subjectivation.

Elle ouvre la question de l’Ichnologie Numérique à des débats juridiques et politiques majeurs et renforce celle des rapports tendus entre Description / Anticipation-Prédiction /  Préemption au sein des sociétés performatives. Elle conduit à s’interroger sur la place hégémonique et controversée de l’algorithmique.(3)
Les mondes animaux, les mondes techniques, les mondes végétaux et minéraux entrent dans de nouveaux rapports et entament de nouveaux dialogues et cela ne va pas sans affecter les grandes crises écologiques en cours (Nature/ Esprit/ Travail). (4)

Cela engage une nouvelle anthropologie et l’apprentissage de nouvelles langues, de nouvelles pragmatiques tenant compte notamment, des nouveaux agencements d’hybrides. (5)

Dans le cadre de l’Anthropocène et de la montée en puissance des dimensions artificialistes de plus en plus marquées des devenirs de nos milieux associés, ce plissement numérique (jusqu’aux interfaces immersives) va occuper les économies politiques à venir ainsi que les formes de gouvernances de plus en plus polycentriques qui vont les accompagner. De manière paisible ou conflictuelle.

1) Ericsson White Paper, More than 50 Billions connecter devices, 2011
http://www.ericsson.com/res/docs/whitepapers/wp-50-billions.pdf
2) http://cdn.idc.com/research/Predictions12/Main/downloads/IDCTOP10Predictions2012.pdf 
3) – Louise Merzeau, “De la surveillance à la veille” http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/docs/00/48/32/94/PDF/CITES-MERZEAU.pdf
– Jean-Max Noyer, La transformation numérique: quelques procès en coursNarratique, Empire, Entreprise, Data mining, Formes courtes, in N°2 Revue Française des Sciences de l’Information et de la communication. http://rfsic.revues.org/377
– Jean-Max Noyer et Maryse Carmes  (2011), Les interfaces machiniques comme problème sémio-politique,  in « Enjeux politiques du document numérique»,   « Document Numérique et Société », ADBS éditions, 2011, chap.11, pp193-216 LIRE
4) Felix Guattari, les Trois écologies, Editions Galilée Collection : L’espace critique, 2008. Devenirs Hybrides, N° 75 Revue chimères;
http://www.revue-chimeres.fr/drupal_chimeres/?q=taxonomy_menu/3/432
(5) Bruno Latour, Enquête sur les modes d’existence. Une anthropologie des Modernes. La découverte, Paris, septembre 2012.

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Requis

%d blogueurs aiment cette page :