Alliance Athéna : Les infrastructures de recherche en sciences humaines et sociales

Les infrastructures de recherche en sciences humaines et sociales
Rapport du groupe Infrastructures de l’Alliance Athena, Françoise Thibault (DGRI) Bertrand Jouve (CNRS, inSHS)  Septembre 2012

Infrastructures de recherche
http://www.allianceathena.fr/spip.php?article38
http://www.cnrs.fr/fr/pdf/allianceathena/121012-infrastructure-sh/#/1/

Introduction du rapport
Longtemps considérées en France comme des sciences pouvant fonctionner avec peu de moyens, les SHS (1) ont été absentes des grands plans d’équipements pour la recherche. La question des infrastructures a été présentée dans les différents rapports consacrés aux SHS comme une difficulté jamais réellement surmontée. Les constats de pénurie ont concerné les bibliothèques de recherche puis les outils informatiques nécessaires aux sciences sociales. Des réalisations notables mais éparses ont cependant vu le jour sans pouvoir répondre à tous les besoins des chercheurs (création dans les années 1960 de la bibliothèque de recherche de la fondation MSH de Paris ; création, dans les années 1980, d’un laboratoire informatique pour les sciences sociales toujours à la FMSH ; à la même époque, création d’une banque de données en sociologie politique à l’IEP de Grenoble ; création du LASMAS, laboratoire d’analyse secondaire et des méthodes appliquées à la sociologie ; à la fin des années 1990, création du comité de concertation des données pour les SHS et du centre Quetelet en 2001; en 2004, création d’ADONIS par le CNRS, portail destiné à mettre en relation l’ensemble des données numérisées des SHS).
La publication, en décembre 2008, de la première feuille de route nationale sur les infrastructures de recherche constitue un tournant dans la politique même si cette dernière n’a pas été immédiatement suivie d’effets sur le terrain. A l’instar de tous les grands domaines scientifiques, des très grandes infrastructures de recherche (TGIR) y étaient identifiées et reconnues comme stratégiques pour le développement des sciences humaines et sociales, toutes étant étroitement liées au développement des sciences et technologies de l’information et de la communication.
En effet, si pendant de nombreuses années, la bibliothèque a constitué le principal grand instrument pour de nombreuses disciplines du domaine, il n’est plus de pratique scientifique qui puisse se dispenser des ressources et services apparus avec les STIC. Archives et bibliothèques numériques, bases bibliographiques et enquêtes sociologiques accessibles en ligne, les documents concernés sont très divers allant des plus traditionnels jusqu’aux plus expérimentaux comme les épi-journaux ou les « revues-blogs ». Plus fragiles que par le passé, ces données et documents numériques imposent pour être accessibles de façon pérenne, un ensemble de traitements qui tiennent compte à la fois du travail scientifique lui-même et des évolutions techniques. Les instruments qui en résultent participent de notre responsabilité dans la transmission et l’utilisation du savoir scientifique sous sa forme numérique. Ils concourent en retour à transformer le métier même du chercheur. Ainsi, au-delà du renouvellement des problématiques d’accès au document scientifique (sources et documents édités), les infrastructures de recherche en SHS permettent de constituer et de manipuler des corpus très hétérogènes susceptibles d’ouvrir de nouvelles voies de recherche tant épistémologiques que disciplinaires. Inscrits dans un espace social largement ouvert au monde, tous ces instruments contribuent par ailleurs à une meilleure valorisation d’un patrimoine scientifique et culturel.
La réflexion lancée par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche au début de l’année 2011 pour l’élaboration de la stratégie nationale 2012-2020 sur les infrastructures de recherche a été l’occasion de dresser un bilan de la situation et de proposer les grands cadres de l’action à venir. L’Alliance ATHENA s’est associée à la réflexion pour répondre au mieux à l’ensemble des défis et proposer des pistes d’évolution.

1 Nous entendrons par SHS, les Sciences Humaines et Sociales au sens large incluant les lettres, langues et arts

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Requis

%d blogueurs aiment cette page :