Les régimes de connectivité au travail en débat : quelques indicateurs et observations

Le 12 janvier 2012, le Grico a organisé une conférence sur les « droits numériques au travail ». Dans ce document, nous proposons différents éléments visant à prolonger la réflexion.

Plan :  Les régimes de connectivité / L’accès à l’informatique et à internet : repères statistiques et précisions / La critique vis à vis des droits numériques au travail, la perception d’inégalités / Les différentes positions vis à vis d’Internet au travail / Quelles perspectives pour l’accès à internet au travail ? Quelques suggestions : trois exemples.

Télécharger le document intégral

Extraits :
Le tableau de bord des TIC au sein des entreprises françaises (données Eurostat/Insee 2010 hors secteur financier) rappelle que seuls 55 % des salariés utilisent régulièrement un ordinateur (au moins une fois par semaine). Cette proportion varie nettement selon la taille de l’entreprise. La France se situe au-dessus de la moyenne de l’UE à 27, mais à distance des pays scandinaves où sept salariés sur dix utilisent un ordinateur. Ces postes informatiques peuvent être connectés ou pas à Internet, Intranet ou à une messagerie.
Quant à la dernière enquête du Crédoc (données françaises exclusivement), elle nous indique une forte progression des accès à Internet. Selon cette source, en 2011, 54% des actifs français peuvent se connecter à internet au travail, alors que cela concernait 45% d’entre eux en 2010 (taux quasi-similaire à 2007).
Toujours selon le Crédoc, au sein des actifs, la dispersion autour du taux moyen d’accès à internet est très grande : 91% des cadres sont connectés (+14 points entre 2010 /2011), contre 71% des professions intermédiaires, 44% des employés et un quart seulement des ouvriers (+ 6 à 7 points entre 2010/2011 sur ces trois dernières catégories).

Le régime de connectivité varie selon les organisations et exprime les formes des processus de territorialisations numériques (voir notre billet). Il constitue parfois une source de tensions, fait l’objet d’affrontements entre positions et revendications opposées, s’élabore en fonction d’arbitrages entre risques sécuritaires, juridiques mais aussi stratégiques et économiques. Plus globalement, les débats que le régime de connectivité suscite, s’inscrivent dans un mouvement général de négociation politique des gouvernementalités numériques.  Elles se présentent en ce sens comme un élément de différenciation managériale.
Le régime de connectivité d’un salarié est défini dans l’entreprise par un ensemble de conditions et de dispositifs qui déterminent les possibilités d’usages des espaces numériques de travail (applications et ressources intégrées dans l’intranet),  d’internet et d’une messagerie. Parmi ces conditions et dispositifs, on trouve les dotations en moyens d’accès et les situations de consultation : via un poste attitré ou un poste en accès libre, ainsi que des interfaces nomades et/ ou « hors les murs » (extranet, téléphone mobile). Jouant un rôle majeur au sein de ce dispositif, les normes internes (chartes, règlement intérieur, recommandations) déterminent, encadrent les pratiques et s’associent à des moyens de filtrage et de contrôle (techniques ou humains). Encore enrichis par une gestion des droits et un profiling des utilisateurs, les régimes de connectivité règlent l’étendue des possibilités d’exploration/utilisation des vastes ressources contenues sur les intranets et sur internet. Ces régimes définissent, par exemple, les droits de consultation/contribution plus ou moins restreints en fonction des profils de salariés, les formes et limites d’association / liaison  avec les autres collègues (ex. libre participation ou pas à des espaces collectifs d’échanges, de travail). Enfin, le rôle des contraintes juridiques et des prescriptions normatives (voir l’ISO 27001/02 et sa nouvelle version attendue pour la fin 2012) est éminemment important, l’entreprise bénéficiant toutefois d’une certaine marge d’autonomie. (Ex. pas d’obligation de doter tous les salariés d’une messagerie professionnelle).

 

Rapport Crédoc sur la diffusion des technologies de l’information et de la communication dans la société française, octobre 2011
http://www.arcep.fr/fileadmin/uploads/tx_gspublication/rapport-credoc-diffusion-tic-2011.pdf

 

 

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Requis

%d blogueurs aiment cette page :