Enquête : “Les collectivités numériques vues par leurs agents”

Cette synthèse présente les principaux résultats d’une enquête menée de juin à décembre 2012 auprès de 1300 agents (dotés, dans leur travail, d’un poste informatique connecté, au moins, à une messagerie) ainsi qu’auprès des responsables TIC de 14 collectivités  et organisations territoriales. Partenaires : Association Apronet, Grico, Cnam, Région Bretagne, Groupe La Poste

Cadre général

Les collectivités sont confrontées à divers enjeux organisationnels liés à l’intégration continue des TIC dans les pratiques professionnelles. De plus, alors que les projets « d’e-administration succèdent aux projets d’e-administration » et que s’expriment avec force les mots d’ordre de « dématérialisation», « transversalité », « empowerment citoyen», on voit se négocier un changement de paradigme de la communication publique, de nouveaux rapports aux  citoyens, aux usagers. Mais, toutes ces transformations sont inégalement envisagées du point de vue des pratiques, des conditions de travail, du management au sein des administrations, et plus globalement, selon la perspective d’une innovation organisationnelle.

A partir des réponses et commentaires des agents  ainsi que des entretiens réalisés auprès des responsables TIC, l’enquête décrit un certain nombre de tendances caractérisant l’ensemble de l’agencement numérique organisationnel. Pour une part des agents ,  celui-ci constitue le milieu  à partir duquel se recomposent les relations à leurs collègues, à leurs directions et aux autres services, aux autres collectivités, aux partenaires, aux usagers, aux ressources informationnelles et documentaires internes et externes. Ces interactions et cette mise en connectivité tracent le territoire à partir duquel, pour reprendre la perspective de B.Latour, se négocient de nouveaux mode d’associations, d’attachements (les territoires sont fabriqués des liens et des flux qui les traversent), des « modes existentiels » au travail. Cette « territorialisation numérique » s’élabore, s’habite et s’actualise selon des politiques d’interfaces particulières (permettant les navigations entre territoires, réglant leurs emboîtements et associations), selon les régimes de connectivité décidés, selon les économies politiques prévalant dans l’organisation (managériales, réglementaires, techniques).

Si les agents reconnaissent diverses opportunités et gains professionnels liés au numérique, plusieurs problématiques méritent néanmoins d’être interrogées.
Ces phénomènes s’expriment selon trois orientations principales :

Partie 1 : Les dimensions managériales et organisationnelles
Le numérique catalyseur de tensions organisationnelles
Un renforcement des enjeux socio-cognitifs
Les droits d’usages d’internet et la sécurité des données
L’évolution de l’espace numérique organisationnel et de l’intranet

Partie 2 : L’e-administration, les relations aux usagers et aux partenaires
Un processus d’intéressement à peine initié
Les services en ligne et la relation aux habitants
Les relations aux autres usagers, collectivités et partenaires

Partie 3 : L’action politique et le numérique
La vie politique et l’expression citoyenne sur Internet
L’Open Data

LIRE la synthèse
Associés à cette thématique, plusieurs événements seront organisés entre avril et juin 2013. Pour en être informé, adressez un message à info(at@)grico.fr

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Requis

%d blogueurs aiment cette page :